Race Upates

Crew member on FRA36541 Sérénade

on . Posted in 2014 Blogs

Hi Louay,

255 milles from Grenada...

With winds often blowing less than 10kts, our finish is desperately slow.

Moreover, we lost last night our only spinnaker (le "grand jaune", the

beautiful light yellow kite) that I had mended and mended for the past ten

days.

We still have a good gennaker but it is useless for running downwind,

which is precisely what we have to do.

Before starting from Lanzarote, I hoped I could beat my 2012 time (16 days

4 hours). Now my revised challenge is just "less than 19 days"...

Have a good day !

Crew member on FRA36541 Sérénade

on . Posted in 2014 Blogs

Le 13 décembre

Journée de galère. Tankés dans la pétole avec 1 à 7 kt de vent plein arrière. 2 à 4 kt de vitesse.

Baignade pour Pit dans le calme blanc du matin, il nous a trouvé des sargasses devant l'arbre d'hélice et la quille.

Des algues dorées partout pour nous ralentir un peu plus.

L'équipage prend son mal en patience.

Les réserves d'eau potable, de lyophilisés, conserves, pâtes, de fromage sont pour l'instant suffisantes.

Le 14 décembre.

On est repartis doucement depuis le début de la nuit et on renvoyé le spi à minuit.

On a enfin touché la bascule de vent. Pas grand chose, 8 à 12kt, mais ça nous paraît Byzance.

Notre nouvel ennemi, ce sont les sargasses, algues dorées, jolies mais redoutables.

Grande capacité de freinage. Leur accumulation peut nous faire perdre jusqu'à 2 kt de vitesse.

On passe à l'avant du bateau devant les quilles une écoute avec des nœuds et on tire dessus pour l'opération nettoyage à faire au moins toutes les heures. Efficacité sûrement pas totale mais prouvée puisque on a même remonté de la sargasse à bord.

Mais cela ne marche pas pour le safran ou l'arbre d'hélice.

Encore une journée de navigation compliquée et contrastée.

Cet après-midi, succession de grains apportant plus de pluie que de vent (et surtout, dans leur sillage, de longs moments de pétole).

Tout cela oblige à pas mal de manœuvres.

Le dernier grain aura permis de prendre une douche en t-shirt. Cela dessale.

A 16h30, l'arrivée est encore à 660 milles. Avec des conditions bien ventées ce serait pour nous une affaire de 3 jours-et-demi mais avec cet alizé "discount" ça risque de faire au moins une journée de plus.

Les stocks de nourriture restants sont de moins en moins alléchants( adieu jambon, chocolat, yaourts, jus de fruit, fruits) mais nous ne sommes pas à plaindre.

Pit se sera chargé pendant toute cette traversée de préparer tous les repas.

L'arrivée se rapproche et chacun pense douches, vêtements propres, bières, rhums, restaurants.

Crew member on FRA36541 Sérénade

on . Posted in 2014 Blogs

Le 11 décembre

Journée de petit temps variable en tentant de fuir la vraie pétole qui se rapproche.

Un petit sursaut du vent vers 15h00 avec un grain qui nous a incité à affaler le spi rafistolé. On a vu alors que certaines des coutures commençaient à céder, donc re-séance de couture. Vu la fragilité des réparations, on affale le spi dès que le vent atteint 20kt, car on aura besoin de lui jusqu'à la fin.

Le 12 décembre.

Glover Island à 896 milles après 12 jours de course.

Nous espérions faire mieux que les 16 jours et quatre heures de la Transquadra il y a 3 ans, mais notre challenge est désormais d'arriver en moins de 18 jours... Il est vrai que cette course est plus longue de 220 milles !

Hier, on a traversé des champs de sargasses, et même un champ de varech selon Alain. Dans la nuit en prenant mon quart de barre, je me suis aperçu que la barre était dure et qu'on n'avançait plus qu'à 6 kt à peine. Il a fallu arrêter le bateau pour dégager le safran.

Depuis la nuit dernière, on reste sous génois, pour économiser notre spi rafistolé. S'il se déchire une nouvelle fois, ce sera sans doute irrémédiable.

En milieu de journée, à l'horizon, devant nous et à notre gauche, des nuages et quelques grains. Derrière nous et à notre droite, du ciel bleu. Saleté de beau temps qui essaie de nous rattraper.

Journée de grand beau temps qu'on apprécierait vraiment si on n'avait pas besoin de vent. C'est la "force 3" (voire 2 et demi), agréable pour déjeuner en terrasse, mais insuffisante pour nous propulser à bonne vitesse vers la Grenade.

On échappe pour le moment à la pétole complète mais qu'en sera-t-il demain ?

Crew member on FRA36541 Sérénade

on . Posted in 2014 Blogs

Le 8 décembre

Hier soir, Denis a battu le record de vitesse de Sérénade : 18.6 kt en vitesse instantanée selon le speedo (le record était jusqu'à présent détenu par Guillaume : 18.2 kt lors de la première étape de la Transquadra).

Une belle journée d'alizé musclé, 25-30 kt, sans pluie. Pas trop fatigante, sans changement de voile pour une fois !

De plus en plus de poissons volants, mais aucun n'a encore atterri dans le cockpit.

Denis a commencé avec l'aide d'Alain la réparation du spi à coups de rubans adhésifs plus coutures. Il y a du boulot !

Le 9 décembre

Petite vitesse et grand lentement, nous faisons cap vers la Grenade dans un vent mollissant, sauf grains encore fréquents ce matin. Le temps est bouché.

A part quelques journées privilégiées, on n'a guère vu le soleil depuis le début de la course. Difficile de trouver le bon vêtement, soit on transpire dans les cirés soit on se fait rincer par l'averse ou les embruns.

Pit et Alain se disent qu'ils n'avaient pas imaginé ainsi la traversée par les alizés.

Sérénade n'a plus que son gennaker puisque le spi rose a rendu l'âme ce matin.

On est donc sous génois tangonné ce qui marche pas trop mal s'il y a du vent, beaucoup moins bien quand c'est mou.

Toujours en travaux de couture pour réparer le grand spi jaune.

On n'a plus d'eau courante non plus puisqu'un flexible d'alimentation a explosé. On va donc en revenir au bon vieux procédé qui avait marché avec Guillaume pendant la Transquadra : remplir des bouteilles d'eau qui nous serviront pour les ablutions et lavages divers.

On a passé le 20ème parallèle et le 40ème méridien. A 1350 milles de l'arrivée. On a bu la fiole de rhum offerte par un sponsor de la course.

Le 10 décembre

Jolie nuit tropicale, la première ou le barreur est en short, sous un alizé malheureusement trop mou.

Pas de grain ce matin, ce que nous regrettons car ça nous aurait donné quelques chevaux de plus dont on aurait besoin.

On "profite" du temps mollasson et de l'absence de spi pour se donner des temps de repos un peu plus longs.

On a renvoyé le grand spi jaune rafistolé en milieu de journée. Ça nous fait gagner un noeud. Mais on l'a rentré en fin de journée pour le préserver.

Sérénade