Maverick - GBR4945R - Day 10

on . Posted in 2016 Blogs

Good morning Team Maverick Fans,

What a difference a day makes. I belive looking at the last Sked that we are currently the fastest yacht in the fleet, even faster than the mighty Leopard at this time.

From just before dawn the wind had been building and as a result so have the boat speeds. Currently as I look at the nav screen we are dong 14-15 kts in 17kts of trades. With the boat speeds going up as has the mood on board. It is a tall ask but everyone on-board is pushing the yaht hard in the hope of clawing back a position or two. We are firmly focused on Aragon at this point in time.

While spirits are up it does not mean life is eassy. While the weather is warm and pleasant the deck is currently a car wash and you get absolutely soaked. There are two ways of dealing with this get wet and accept it or put on foulies and get wet sweating! I have elected for the former while other crew are electing for the latter. Good thing we brought the sudacream!

Down below is not much better with a cacophony of noise as th yacht leaps from wave to wave. Sleeping is very difficult as there is little ventilation possible (so much water over the deck) so you are nearly as wet with seweat down below than as you are on deck!

On the boat fixing front, thankfully all seems to be OK at the moment. We had a thru deck fitting leaking above the Nav station after it had to work hard for 1500nm so I managed to seal it with some sickaflex this morning. I am a big fan of keeping water outside of the yacht, especially near the nav PC...

Still life goes on...... sail, eat, sleep, repeat.... go big or go home.... A wave just washed over the entire deck the deceleration was awesome....

As I write this we have 1250nm to go to Grenada and talk has turned to what we are going to do when we arrive.... beer, jerk chicken, a shower!

Anyway Sean is making me some delicious Expedition Foods Custard and Apple so I'm off to get some sran.write this.

Olly out!

Given that we are on and Infiniti 46R

"Some infinities are bigger than other infinities"
John Green

Bring on the 65R!!!

Maverick - GBR4945R Eric and Olly Day 9

on . Posted in 2016 Blogs

Good Morning Team Maverick Fans,

Welcome to day 9. Well we are over half way in terms of distance but we are hoping that the second half of the track is a lot faster than their first half of the track.

We are currently lying in 4th on the preliminary leader board but are hoping that with a bit more wind we will be able to claw our way back up a few spaces. It was nice to get to meet the crew of "Stay Calm" we were berthed next to them in Marina Lanzarote. They are currently our closest competitor on the water but we are hoping that maybe we can start to pull awaay from them.

We had our first wildlife encounter in a few days with playfull dolphins playing on the bow. I always love to watch their displays as they surf on the aquatic ridge pushed frward by the yacht.

This evening in a "Classic Piers" moment he was hit in the face by a  flying fish. This is our first fish strike but having seen a few fly over the yacht in the night I am quite sure it will not be our last.

As the wind has built so have our speeds and a nie benefit of this is that we can use our "Watt and Sea" Hydrogenerator again. With temperatures on the increase it is getting increasingly uncomfortable down below and running the main engine to charge the batteries only makes this worse. The increasing temperatures also make choosing the right kit harder. Really you want to be in shorts and a T-shirt but it gets very wet on this yacht...

It is another increadably dark night. The nav lights light up the kite and there is nothing else to see. No moon, no stars, no lights on the horizon, just an eritheral darkness that hides "that wave"

Congradulations to Phaedo for thier win in this event.

best get back up on deck now..

Olly out

'If you are not willing to risk the usual, you will have to settle for the ordinary."

Jim Rohn

Day 9 and we have finally crossed the halfway point. This took a lot longer than we had all envisaged when planning this trip. We are all eager to get into some more steady Trade winds tomorrow and do the second half of this trip faster than the first. This is something that we are counting on as yesterday we did an audit on our remaining food and made a decision to voluntarily preemptively cut down on our consumption so we'll not be forced to later.

The weather conditions remain quite interesting here with a high overcast cloud cover and a few drops of rain. We had a brief glimpse of the sun this afternoon but it has been otherwise very gray. The temperature has begun to  increase after a cool and pleasant day yesterday.

Tonight will be another dark night with the cloud cover blocking out the little moon there is. The sea state is stil lumpy with a few different swell sets coming from various different directions.


Campagne de France - FRA147 - Sunday into Monday

on . Posted in 2016 Blogs

Dimanche sur Campagne de France

Côté navigation, ce fut un Dimanche pas très productif, dans la mesure où nous sommes restés toute la journée sous une espèce de zone complètement couverte avec très peu de vent, contrairement à nos camarades sur la même lattitude à l'Est ou à l'Ouest, qui, eux, ont gaillardement taillé leur route.

Cette espèce de semblant de Pot au Noir que nous sommes en train de passer  et qui barre la route des Alizés (et la notre aussi par la même occasion) est une grande étendue nuageuse, sans beaucoup de vent sous les nuages, et le tout évolue sans arrêt et se déplace à toute vitesse. A tel point que les fichiers météo s'y perdent et que d'un fichier à son suivant, pourtant seulement 6 heures plus tard, la situation a complètement changée. Les zones sans vent sont toujours là, plus ou moins au même endroit... à l'échelle planétaire. C'est à dire que le trou de vent s'est déplacé de quelques centaines de kilomètres en quelques heures, donc, avec notre vitesse de piéton, il est impossible d'anticiper vraiment où sera le passage quand on arrivera à tel endroit. On fait donc avec, avec des périodes de chance et de moins de chance, même si on essaye de faire au mieux et que l'on passe des heures à étudier la météo et la route.

A part ça, comme un vrai dimanche de l'ancien temps, quand on ne pouvait se laver entièrement qu'une fois par semaine, nous avons profité de l'eau douce produite à volonté par notre désalinisateur, lui-même alimenté en énergie à volonté par l'hydrogénérateur, pour nous doucher, champouinner et même faire la lessive en prime... Le tout avec une pensée compatissente pour ceux qui n'ont pas de désalinisateur et qui, vu que la course s'éternise et bat des records de lenteur, doivent être en train de rationner l'eau sévère, la réservant au plus stricte usage alimentaire. D'où l'intérêt de produire son eau, et sans recourir à la moindre énergie fossile, le moteur n'ayant pas tourner depuis le départ car toute l'énergie vient de cette toute petite hélice que nous plongeons quelques heures par jour et qui ne nous freine pas, étant donné qu'elle s'oriente librement au gré des mouvements du bateau.

Bonne soirée

Sunday was spent under a layer of cloud and not much wind. The 4 hourly school reports were all marked "can do better". We have now found our way out into what feel like proper trade winds. About time too as we are already at 16° N. Weird crossed swell and difficult to see the waves since the moon set hours ago.
Anyway, we occupied our light airs Sunday with (apart from trying to sail faster) making loads of water with the watermaker for fresh water showers and laundry. While thinking of those boats not equipped with a watermaker, and given how long this race is taking, hoping that they aren't having to ration their drinking water.
Campagne de France - almost half way there


Lundi "matin" pour nous commence à être le milieu de la matinée pour vous en Europe car progressivement, à force de faire de l'Ouest tant bien que mal, on s'aperçoit tout de même que nous sommes en train de changer de fuseau horaire.
A bord de Campagne de France nous n'avons pas de problème de changement d'heure, étant donné que nous restons en temps universel (heure TU) tout au long de la traversée. C'est plus pratique pour différentes raisons.
1) Cela permet de ne pas se prendre la tête pour savoir quelle heure il est chez vous ou chez nous. On sait que c'est pareil en Angleterre et 1 heure plus tard en Europe occidentale.
2) Les positions, le GPS, les fichiers météo, les diverses infos, etc. sont toutes en temps universel, donc l'heure du bord est calée en permanence sur l'heure GMT. GMT ou TU c'est la même chose. GMT c'est "Greenwich Meridian Time" et TU c'est Temps Universel (évidemment UT en anglais). Au passage, le fait que le "Temps Universel" soit celui de l'Angleterre nous prouve que les Anglais n'ont pas attendu d'être Brexités pour n'en faire qu'à leur tête et ensuite expliquer au Monde entier que c'est comme ça et pas autrement. Après tout le temps "universel" aurait tout aussi bien peu être celui d'Oulan Bator, mais ça c'est pas fait comme ça
3) Et surtout, moi j'ai horreur des choses qui changent. Même l'heure.

Donc, comme on ne cale pas la montre du bord sur le fuseau horaire sur  lequel nous nous trouvons, nous constatons simplement en ce moment que chaque jour le Soleil se couche un peu plus tard et se lève un peu plus tard aussi. Par contre, hélas, ça ne change pas la longueur des nuits, sauf à aller très vite vers l'Ouset et les nuits seraient très longues, ou l'inverse en allant vers l'Est.

Le seul problème avec notre système horaire, c'est qu'en général on ne sait jamais trop quelle heure il est dans l'endroit où on arrive. C'est pour ça que souvent, après avoir franchi la ligne d'arrivée, nous demandons à la première personne à qui on peut parler quelle heure il est. Ladite personne qui doit bien alors se demander qu'est-ce que ça peu bien nous fiche, alors qu'on vient de passer des jours et des jours à traverser un Océan quand on aurait pu le faire en quelques heures dans un zinc, on doit quand même pas être à quelques minutes près.

Aussi, on vous rassure, on ne mange pas à heures fixes. Donc pas de problème de ce côté là. Sur les bateaux de commerce, où la vie étaient réglée aux heures des apéros à l'époque où la majorité des équipages était encore bretonne, il fallait bien mettre l'heure du bateau sur le fuseau horaire sur lequel il se trouvait, étant donné que le Pastaga à 3 heures locales du matin, c'est moyen pour la veille de nuit.

Donc, quand nous arriverons à Grenada, car nous finirons bien par y arriver, surtout depuis qu'un semblant d'Alizés commence à faire mine de se pointer, ne vous étonnez pas si on vous demande l'heure.

Campagne de France 15°53N/36°20W - 10h30 (GMT, au cas où vous l'auriez pas compris).

Challenger - GBR301 A new command style

on . Posted in 2016 Blogs

Keen observers will have noted that everyone and his dog in this race has now ground to a halt as the high we were all looking to skirt round took a quick step to the left (No, my left not your left) and consumed the fleet. We have spent many hours today at a mighty 1 knot, whistled and hooted as breakneck speeds of 2 and 3 knots came and went and hit a new philosophical high as we stepped past that all too human reaction to adversity- to believe its the end of the world and nothing will ever go right ever again.

So many times in a career of 20 years in sail training and being a professional skipper I have had to smile when this characteristic is revealed by this strange life at sea- take for example our present situation- within only a few hours of runing into the high some of the crew started (gently) fretting about flights out of Grenada and whether they would even make it home for Christmas - simply because the chart plotter started spitting out numbers like 1000hrs(40 days?)to Grenada. Its easy to forget as a more experienced sailor and perhaps a more experienced human being that we all have to learn at some point the lesson of not being unduly reactive to changing circumstances-that to avoid unnecessary stress in life we need to take a long term view of Triumph and Disaster 'and treat those two impostors just the same'. Sure there is no wind right now- but relax it will come- it always does and then things will work themselves out as they always do. Its all very Zen and I think we can take from this discussion that yes, sailing is like life - it's easy to be philosophical when you are sharing your misery with others.

I am thinking I will make this part of my command style from now on.... just now I remonstrated with a helm over his poor course holding abilities by simply doing a wiggly fish motion with my hand- ha! what more did i need to say? They will say of me that I was firm but fair and no one will ever complain about my tone of voice again. Genius.

All good on Challenger.


Campagne de France - FRA147 - double blog

on . Posted in 2016 Blogs

Over a week of racing and not yet half way. Sometimes respectable breeze, sometimes next to nothing, sometimes some clouds that look like nascent trade wind clouds. Just to tempt us. Every time the wind speed changes, so does the interior decor of the boat. Stacking is permitted in the Class40 rules (with the exception of a few items), and moving all the sails, spares, tools, water, food etc plays an integral part in boat performance. On Campagne de France, stacking is done scientifically and neatly under the command of the stacking master. There has been ample opportunity for practice so far.
We have a watermaker on board - a great asset both in the amount of water to shift around the boat (ie considerably less than boats which are carrying enough water for the entire race) and for the extra fresh water it produces for non-salt water washing - luxury!
Campagne de France - seeking the fabled trade winds

PS We wanted to send you some photos but the attachments are causing the software to crash...

Des bords et des bords

Décidément il est écrit que nous ne ferons jamais la route directe vers Grenada.

En effet Campagne de France semble condamné à tirer des bords tout au long de cette Transat.
S'il est facile à comprendre que nous sommes obligés de tirer des bords quand nous sommes face au vent, il est plus difficile pour le Terrien d'imaginer que vent arrière aussi nous ne pouvons pas aller tout droit.

En effet, un voilier ne peut pas marcher, en tous cas pas correctement, avec le vent pile dans l'axe derrière. Pour plusieurs raisons. D'abord il y a cette histoire de vent apparent que j'ai exliqué hier, et aussi il faut donner une bonne incidence sur les voiles. Encore une fois, ce ne sont pas des mongolfières horizontales, et même un spi, qui de loin ressemble pourtant à une grosse voile ballon, a besoin aussi de fonctionner en écoulement laminaire pour tirer convenablement. En plus il y a la mer et il faut appuyer un peu le bateau sur un bord, sous peine de rouler comme une barrique. Tout ça pour dire, que même au vent arrière, on tire des bords.
Quand on change de bord au près on appelle ça un virement de bord. Au vent arrière on dit un empannage. C'est d'ailleurs bizarre que le terme "virer de bord" est courrament employé en langage terrien imagé, alors que le verbe "empanner" est si peu usité. Par exemple, on dit souvent qu'un Politique a "viré de bord" quand il a changé de camp. Il me semble pourtant que l'emploi du verbe "empanner" serait plus judicieux, tant en général les politiques ont la finesse pour sentir d'où vient le vent et qu'ils ne sont pas stupides au point d'être en permanence face au vent. Ils sont plutôt du genre à naviguer au portant, plutôt que d'aller à contre courant. Tout au moins ceux qui veulent se faire élire.

Bref, empannage ou virement cela fait partie des manoeuvres usuelles sur un voilier. Le virement de bord ne pose jamais de problème, si ce n'est qu'il faut réapprendre le bateau à l'intérieur. Imaginer que vous viviez dans une pièce inclinée à 25°, si brutalement elle devait basculer de 50° pour se retrouver penchée de 25° de l'autre côté, vous comprenez aisément que si vous n'avez pas prévu le coup il y aura de la vaisselle cassée et que si vous étiez bien calé dans votre lit à la bonne inclinaison vous vous réveillerez, plutôt brutalement, sur la carpette. Par conre l'empannage, surtout dès qu'il y a un peu de vent, peut être beaucoup plus scabreux. Faire passer les voiles, qui sont entièrement débordeés, d'un côté à l'autre n'est pas une mince affaire. Si cela ne se passe pas bien, ça peut finir par un vrac monumental, avec le bateau couché sur l'eau et le spi transformé en tenue d'Indien avec des lanières partout. Comme nous n'avons qu'un seul grand spi, il y a intérêt à faire gaffe, sinon le reste de la course risque d'être un tantinet longuet, étant donné que nous avons des chances de la finir entièrement au portant et que sans le grand spi, ça marche beaucoup moins bien.

Pour ces manoeuvres d'empannages et de virements de bord, s'il n'y avait que le travail sur le pont ce serait plutôt sympa. Mais hélas il y a la corvée du "matossage", c'est à dire qu'il faut transbahuter à l'intérieur du bateau tout le matériel que nous sommes autorisés à déplacer (Dieu merci, on n'a pas le droit de bouger les batteries, entre autres). Sur un voilier de course comme Campagne de France, l'assiette doit être parfaitement optimisée en permanence et donc les poids placés au bon endroit à l'intérieur du bateau. Et ça en fait des trucs à "matosser", même si on essaye de voyager léger, il reste quand même un paquet de bazar à se coltiner. Les voiles, la bouffe, la flotte, le matos de rechange, la caisse à clous, les sacs de fringues... tout y passe, jusqu'aux petites cuillères (heureusement il n'y en a que 2). Ce matossage, c'est vraiment la corvée et c'est à ce moment là que l'on se dit que ce serait pas si mal d'avoir du personnel. Mais comme ça ferait encore plus de matos à déplacer et qu'entre deux virements ou empannages on saurait pas forcément trop comment les occuper, ça le fait très bien comme ça.

A bientôt - Campagne de France - 18°52N/33°54W - babord ou tribord amure, je ne sais plus.