Deprecated: Function create_function() is deprecated in /home/customer/www/rorctransatlantic.rorc.org/public_html/media/widgetkit/widgets/lightbox/lightbox.php on line 49
RORC Transatlantic Race is Born | 2014 Race Updates | Archives

RORC Transatlantic Race is Born

on . Posted in 2014 Race Updates

Lupa of London crosses the finish line of the RORC Transatlantic Race. Photo: RORC/Arthur Daniel and Orlando K Romain

Cliquez ici pour ce actualités français, au bas de la page

Historians argue as to whether the Vikings, an Irish Monk or others were the first to cross the Atlantic. Since the five-week voyage of Christopher Columbus in 1492, crossing the Atlantic, quickly and safely, from Europe has always been an important part of seafaring history. The Royal Ocean Racing Club's RORC Caribbean 600 is now in its seventh year and the RORC decided that a dedicated feeder race for the Caribbean's premier offshore event was required.

The inaugural RORC Transatlantic Race, in association with the International Maxi Association (IMA), started on Sunday 30 November from Puerto Calero, Lanzarote, Canary Islands bound for Camper & Nicholsons Port Louis Marina, Grenada, West Indies, 3000 miles across the Atlantic Ocean. An international fleet of yachts took part with crew from at least 12 different countries racing magnificent Maxis crewed by top professional sailors, as well as production yachts crewed by friends and family.

For all the yachts the adventure started long before the start line. It takes months, sometimes years, for the dream of racing across the Atlantic to become a reality and many of the yachts sailed thousands of miles just to make Lanzarote. Derek Hatfield's Spirit of Adventure started their journey from the frozen shoreline of Novia Scotia 2,800 miles away, crossing the Atlantic to join the race. Marc Lepesqueux racing Class40 Sensation Class 40 should not have been in the race at all. After keel failure in the Route du Rhum, Marc sailed Sensation to Lanzarote and successfully completed the race with a novice crew from France. Yves and Isabelle Haudiquet racing Pogo 40, Bingo, was the only husband and wife team in the race completing their second Atlantic crossing together. Every team have their story from the race and their feelings and emotions have been captured in the race blog.

Prior to the start, Puerto Calero Marina provided an exceptional base for the yachts to prepare for the race. The Calero family are yacht racers themselves and this was evident in the manner in which the entire staff went out of their way to assist the competitors. For the RORC Transatlantic Race, safety is of primary concern and every yacht, prior to the start, is inspected for ISAF Special Regulations Category 1, plus additional requirements covering communication equipment, personal survival training and First Aid, which is part of the RORC commitment to safety at sea during all of the club's racing activities. In addition to the safety requirements every yacht carries a YB Tracker so that their progress can be followed by friends and family from ashore. The tracker provides real time leaderboards, weather information as well as their track across the ocean.

As well as providing superb facilities, Puerto Calero Marina was the venue for a week of social activities, notably the Westerhall Rum's Pink Hat Party on the Tuesday and RORC Transatlantic Race Gala Party on the Thursday before the race. After a 24 hour delay due to a frontal system which swept through the Canary Islands bringing more than 45 knots of wind, the start of the RORC Transatlantic Race was blessed with sunshine and a gentle northerly breeze. The only abnormal weather feature was a perfect double rainbow, pointing the way to the turning mark off Marina Lanzarote, Arrecife - the only mark of the course before the fleet would make landfall in Grenada.

Line Honours and Overall Winner – GBR Jeremy Pilkington's Baltic 78, Lupa of London

In the battle for Line Honours and the IMA Line Honours Trophy, there was an early exit for the hot favourite the Finot-Conq 100, Nomad IV, sailed by Jean-Paul Riviere. On Day Three gear failure forced the French Maxi to head back to the Canary Islands for repairs. Russian chartered Southern Wind 94, Windfall, skippered by Fabrizio Oddone and Jeremy Pilkington's British Baltic 78, Lupa of London, took up the running and an epic battle ensued for Line Honours. The two powerful Maxis duelled for 3000 miles with the lead swapping hands on numerous occasions. However, Lupa of London eventually got the better of Windfall in the lighter downwind conditions as the two yachts approached Grenada.

Lupa of London arrived at Camper & Nicholsons Port Louis Marina in an elapsed time of 11 days, 01 hour, 38 minutes and 55 seconds, setting the record for others to beat in future editions of the race. Windfall crossed the finish line less than four hours later to win IRC Zero. The Russian flagged Maxi crew included world class professionals: Lorenzo Mazza, a seven-time America's Cup veteran and winner of the 32nd edition with Alinghi, multiple world champion Francesco Mongelli and Irish Olympic Finn sailor Tim Goodbody as well as the Russian charter crew.

With the majority of the fleet still racing, the overall winner after IRC time correction was undecided. However, as the rest of the fleet started finishing it was clear that Lupa of London's corrected time was not to be beaten and the British Maxi scored the double win of Line Honours and Overall under IRC, lifting the RORC Transatlantic Race Trophy and the IMA Line Honours Trophy. Skipper Daniel Stump was full of praise for the team. "We were only eight crew, but they are some top sailors with great commitment and willpower. We worked really hard and seamlessly together to get the boat going as fast as we could and I am really proud of all the crew. On the delivery to Puerto Calero, Lanzarote, I sat down with navigator Jonny Malbon and in our dreams we wanted to take Line Honours and the overall win, but that was a big call, so this really is a dream come true."

IRC One – USA Class40 Oakcliff Racing

Two highly different teams battled for the class win, with the intensity of the duel propelling the two yachts to second and third overall. The highly experienced crew on board Aref Lahham's Swan 68, Yacana, are all friends from Greece, racing a heavy displacement yacht that they have known for years. In sharp contrast Class40 Oakcliff Racing was crewed by four young American sailors that had never crossed the Atlantic before, let alone raced across any ocean, and only started sailing the Class40 on the delivery to Lanzarote.

Oakcliff Racing crossed the finish line on Friday 12th December to win IRC One and take second overall. There was an emotional scene on board as the team congratulated each other with handshakes and bear-hugs. Navigator Hobie Ponting spoke about the adventure. "That was epic. We have crossed an ocean and it's the first time any of us have done it and it feels fantastic. The last 24 hours was the hardest of all. We had very little wind and it was frustrating having spent days charging along at 20 knots. We have all worked so well together and we have finished this race better friends than we started. We don't know what day it is right now and a shower, some good food and a bed with sheets is top priority."

Two days later, on Sunday 14th December, Yacana crossed the finish line to take second in IRC One and third overall. Aref Lahham spoke dockside: "This adventure started in Greece over 5,000 miles away. When I heard about the RORC race, it was the ideal way to celebrate all the years we have sailed together. The camaraderie during the race was really memorable for me and when we crossed the line, we all got together and had a great moment. We have spent a lot of time smiling during the race and I am sure that will continue now that we have reached Grenada."

IRC Two – GBR Nigel Passmore's J/133, Apollo 7

Nigel Passmore's British J/133, Apollo 7, crossed the finish line on Monday 15th December with an elapsed time of 15 days, 08 hours, 45 minutes and 15 seconds, to win the class ahead of Frank Lang's French X 40, Optim'X.

Nigel Passmore spoke dockside in Camper & Nicholsons Port Louis Marina about the race and why he decided to take part: "At the beginning of this race, we went through the hard bit and we had a blustery period mid-Atlantic and I remember one night at the wheel in well over 30 knots of wind. It was pitch black with torrential rain and difficult to read the waves. We didn't take the kite down or put another reef in, we kept pushing hard. You know you have to keep driving on if you are going to succeed. This is something I have wanted to do for 20 years or more."

IRC Three – FRA Denis Villotte's JNP 12, Sérénade

Denis Villotte's French JNP 12, Sérénade, crossed the finish line on Friday 19th December with an elapsed time of 18 days, 20 hours, 01 minutes and 55 seconds. The three-man team on Sérénade was the final yacht to complete the inaugural race and was the winner of IRC Three.

"That was very hard," commented Denis. "The first half because of the changing winds and the second half because we were fighting against the light winds. For the last seven days we had just nine knots of wind and we had no spinnaker for the last three days. Both Alain and Pit were close friends before the race. I knew them but less, but we are all close friends now! This is my second transatlantic, the first one was a lot easier as we had much more regular and better winds. For this race, the variety of conditions has made it far more interesting from a navigational point of view. We are delighted to be here in Grenada to such a fantastic welcome in the middle of the night. We were just looking forward to making land and when we saw Grenada, our joy was huge, but to arrive with so many smiling faces was just incredible."

Tribute must be paid to the people of Grenada and the management and staff at Camper & Nicholsons Port Louis Marina. Every yacht, regardless of the time of day or night was greeted at the finish line by the marina and escorted to the dock for a warm reception and a cold beer and a basket of Grenadian goods, including Westerhall Rum. During their stay the helpful staff assisted with immigration, hotel accommodation, island tours and all manner of yacht services. The people of Grenada were just as welcoming. The RORC Transatlantic Race comes to an end close to Christmas, a time for goodwill to all and there is no finer a place than Grenada to experience that feeling of kindness.

En Francais - RORC Transatlantic Race, une course est née

La première traversée de l’Atlantique a-t-elle été effectuée par les Vikings, un moine irlandais ou un tout autre équipage ? Les historiens sont partagés, il n’en reste pas moins que depuis 1492 et le voyage de Christophe Colomb, cette route maritime au départ de l’Europe a revêtu une importance cruciale. La Caribbean 600 initiée par le Royal Ocean Racing Club en est désormais à sa 7ème édition, et le club a décidé qu’un événement complémentaire s’imposait.

C’est pourquoi la RORC Transatlantic Race, en collaboration avec l’International Maxi Association (IMA) s’est élancée le 30 novembre dernier de Puerto Calero à Lanzarote (Canaries) à destination de la marina Camper & Nicholsons Port Louis (Grenade, Antilles), un parcours totalisant 3000 milles. Une flotte internationale composée de marins issus de 12 nationalités différentes a pris part à cette course, à bord de magnifiques Maxis menés par des marins professionnels mais également de voiliers de série sur lesquels on pouvait trouver des équipages d’amateurs éclairés, regroupant amis et famille.

Pour tous, l’aventure a débuté avant la ligne de départ - car pour que le rêve de traverser l’Atlantique prenne forme, il faut des mois et parfois même des années, sans compter qu’il a fallu pour certains couvrir des milliers de milles ne serait-ce que pour rallier Lanzarote avant le coup de canon.

Le Spirit of Adventure du Canadien Derek Hatfield a ainsi commencé son voyage sur les rives glaciales de la Nouvelle Ecosse, soit un périple trans-océanique de 2800 milles, avant de pouvoir s’aligner. Marc Lepesqueux, skipper de Sensation Class 40, n’aurait pour sa part même pas dû être de la partie… mais suite à une avarie de quille l’ayant contraint à renoncer à sa Route du Rhum, le Normand a décidé de rebondir et a bouclé le parcours avec un équipage de novices. Yves et Isabelle Haudiquet, sur leur Pogo 40, représentaient l’unique équipage «mari et femme» de la course, et ont bouclé leur seconde transat ensemble… Chaque équipage avait son histoire, dument consignée dans la section «blogs» du site officiel.

Avant le départ, la marina de Puerto Calero a offert une base exceptionnelle aux compétiteurs préparant leur aventure. La famille Calero elle-même s’adonne aux joies de la régate, et cette passion commune était visiblement à l’œuvre dans la manière dont toute l’équipe de la marina s’est investie pleinement pour faciliter la tâche aux inscrits dans la phase de pré-départ.

La sécurité est au cœur des préoccupations des organisateurs de la RORC Transatlantic Race, et chaque navire a été inspecté en vertu des critères ISAF « Special Regulations » Catégorie 1, et a été soumis à des exigences supplémentaires, notamment au niveau des moyens de communication, des formations survie et premiers soins, ce qui fait partie de l’arsenal habituel du RORC. Le Club attache en effet une importance particulière à la sécurité en mer quelque soit l’événement qu’il organise. Chaque voilier embarquait de plus une balise YB permettant aux familles et amis restés à terre de suivre sa progression. Ce dispositif fournit des classements en temps réel, des informations météo et un suivi de route.

En plus d’une base logistique et technique idéale, la marina de Puerto Calero a offert une superbe semaine de festivités, parmi lesquelles on retiendra la soirée «chapeaux roses» Westerhall Rums le mardi, et le Gala RORC Transatlantic Race le jeudi précédant le départ.

Suite à un retard de 24 heures dû au passage d’un front actif sur les Canaries, générant des vents supérieurs à 45 nœuds, le départ a pu être donné sous un soleil radieux et à la faveur d’une brise de nord modérée. Le seul élément météo inhabituel aura été la présence d’un double arc en ciel, ouvrant la voie vers la marque de dégagement devant la Marina Lanzarotte à Arrecife, seule marque de parcours avant l’arrivée à la Grenade.

Vainqueur en temps réel et au général - Lupa of London (Baltic 78) - Jeremy Pilkington - Royaume Uni

Nomad IV, le 100 pieds Finot-Conq de Jean-Paul Rivière, qui figurait parmi les grands favoris pour la victoire en temps réel et le trophée IMA, a fait une belle entrée en matière… Mais au terme de trois jours de course, une avarie a forcé le Maxi français à faire demi-tour pour effectuer des réparations aux Canaries. Un duel forcené entre Windfall, le Southern Wind 94 battant pavillon russe skippé par Fabrizio Oddone et le Baltic 78 Lupa of London de Jeremy Pilkington s’est ensuivi : les deux équipages se sont livrés à une féroce bataille tout au long des 3000 milles du parcours, s’échangeant la place de leader. Mais Lupa of London a fini par s’imposer sur la fin de course, au portant dans les vents légers.

Lupa est arrivé à Camper & Nicholsons Port Louis Marina au terme de 11 jours, une heure, 38 minutes et 55 secondes de mer, établissant du même coup le premier temps de référence. Windfall a coupé la ligne moins de quatre heures plus tard, s’emparant de la victoire en catégorie IRC Zéro. Le Maxi battant pavillon russe avait à son bord d’illustres professionnels internationaux, comme Lorenzo Mazza comptant 7 participations à l’America’s Cup dont une victoire avec Alinghi dans la 32ème édition, le multiple champion du monde Francesco Mongelli ou encore l’olympiste irlandais Tim Goodbody, spécialiste du Finn.

Avec la majorité de la flotte encore en course, il a fallu attendre pour connaître le vainqueur en IRC. Mais rapidement, au fil des arrivées, il est apparu clair que le score de Lupa of London en temps compensé ne serait pas battu, et le Maxi britannique s’est donc offert le temps réel et le général IRC. Détenteur du RORC Transatlantic Race Trophy et du IMA Line Honours Trophy, le skipper Daniel Stump n’a pas tari d’éloges pour son équipage.

«Nous n’étions que huit à bord, mais j’avais avec moi d’excellents marins qui ont fait preuve de beaucoup de détermination. Nous avons vraiment travaillé dur ensemble pour faire avancer le bateau aussi vite que possible, et je suis très fier de l’équipage. Lors du convoyage vers Puerto Calero, j’ai discuté avec notre navigateur Jonny Malbon, et nous rêvions d’une victoire en temps réel et en temps compensé, mais c’était ambitieux… C’est donc réellement un rêve qui se réalise.»

IRC 1 - Oakcliff Racing (Class40), USA

Deux équipages très différents bataillaient pour la victoire dans cette catégorie, et l’intensité du duel s’est soldé par une seconde et une troisième place au général. L’équipage expérimenté à bord du Swan 68 Yacana d’Aref Lahham, composé d’amis en provenance de Grèce, menait un navire à fort déplacement qu’ils connaissait parfaitement… tandis que le Class40 Oakcliff Racing avait à son bord quatre jeunes américains qui n’avaient jamais effectué aucune traversée océanique - ces «novices» ont fait leurs premières armes en Class40 lors du convoyage vers Lanzarote.

Oakcliff Racing a coupé la ligne d’arrivée le vendredi 12 décembre, s’offrant la victoire en IRC 1 et la seconde place au général. Leur arrivée a donné lieu à de franches effusions à bord, et le navigateur Hobie Ponting a relaté leur aventure comme suit :

«C’était épique. Nous avons traversé un océan, c’était une première pour nous et c’est fantastique. Les dernières 24 heures auront été les plus dures. Nous avions très peu de vent, et c’était frustrant après avoir passé plusieurs jours à débouler à 20 nœuds. Nous avons si bien travaillé ensemble, et nous finissons la course meilleurs amis que nous l’étions avant le départ. Nous savons pas quel jour nous sommes, mais maintenant une douche, un bon repas et un lit avec des draps sont les priorités.»

Deux jours plus tard, le dimanche 14 décembre, Yacana est arrivé à son tour, se classant second en IRC 1 et troisième au général. Aref Lahham a déclaré: «Cette aventure a débuté en Grèce, à 5000 milles d’ici. Lorsque j’ai entendu parler de la RORC Transatlantic Race, je me suis dit que c’était la façon idéale pour nous de célébrer toutes ces années passées à courir ensemble. La camaraderie tout au long de l’épreuve restera mémorable pour moi, et le passage de la ligne a été un moment fort. Nous avons passé beaucoup de temps à sourire lors de la course, et je suis certain que cela va continuer maintenant que nous sommes arrivés à la Grenade.»

IRC 2 - Apollo 7 (J/133) - Nigel Passmore, Royaume Uni

Le J/133 Apollo 7 de Nigel Passmore a franchi la ligne le lundi 15 décembre au terme de 15 jours, 8 heures, 45 minutes et 15 secondes de mer, remportant la victoire de classe devant Optim’X, l’IMX 40 français skippé par Frank Lang.

Sur les quais de Camper & Nicholsons Port Louis Marina, Nigel Passmore a relaté sa course et expliqué ce qui l’avait motivé à participer:

«En début de course nous avons eu des conditions difficiles puis un passage musclé au milieu de l’Atlantique, et je me souviens d’une nuit à la barre par plus de 30 nœuds de vent. Il faisait nuit noire, sous une pluie torrentielle, et il était difficile de lire les vagues. Nous n’avons pas affalé le spi ni pris un ris supplémentaire, mais avons continué à pousser la machine. Tu sais qu’il ne faut pas mollir pour obtenir un résultat… C’est quelque chose que j’ai eu envie de faire depuis 20 ans voire plus.»

IRC 3 - Sérénade (JNP 12) - Denis Villotte, France

Le JNP 12 Sérénade de Denis Villotte est arrivé le vendredi 19 décembre après 18 jours, 20 heures, une minute et 55 secondes passés en mer. Mené par trois équipiers, Sérénade a été le dernier navire à compléter cette première édition de la course et s’est octroyé la victoire en IRC 3.

Denis a commenté: «La première moitié de la course a été difficile parce que les vents étaient très changeants, et dans la deuxième partie on s’est battus contre le manque de vent. Lors de 7 derniers jours nous n’avions que 9 nœuds de vent, et nous avons fait les trois derniers jours sans spi. Alain et Pit étaient déjà amis avant la course, je les connaissais moins bien mais nous sommes devenus bons copains ! C’est ma deuxième transat, la première je l’ai faite en double, je l’ai trouvée plus facile parce qu’il y avait des vents plus forts et plus réguliers. Cette fois-ci la variété de conditions rencontrées ont rendu la navigation intéressante. Nous sommes ravis d’être à la Grenade, avec un accueil fantastique au milieu de la nuit. Nous avions hâte d’arriver, et quand nous avons vu la terre notre joie a été énorme, mais trouver autant de visages souriants venus nous accueillir a été incroyable.»

Il convient de rendre hommage au public de la Grenade ainsi qu’à l’équipe de Camper & Nicholsons Port Louis Marina. Chaque navire, de jour comme de nuit, a été accueilli sur la ligne par la marina et escorté vers le quai pour une chaleureuse réception, une bière fraîche et un panier de produits locaux, dont du rhum Westerhall. Lors de l’escale, les équipes de la marina ont aidé les compétiteurs dans leurs démarches auprès des services douaniers comme pour l’hébergement, mais ont également fourni une assistance technique et touristique. Le public local s’est montré tout aussi accueillant.

La RORC Transatlantic Race s’achève en ce début des fêtes de Noël, période conviviale par excellence… et la Grenade n’a pas son pareil lorsqu’il s’agit de convivialité.